L’Afrique doit elle demander pardon aux descendants d’esclaves?

Dans un article intitulé Ending the Slavery Blame-Game (En finir avec le jeu des blames de l’esclavage) paru dans le New-York Times il y a quelques années, Henry Louis Gates Jr. aborde le sujet de la responsabilité des élites des royaumes africains dans le commerce des esclaves. Il explique, références historiques à l’appui, que les Africains vendaient aux Européens des hommes et des femmes qu’ils avaient auparavant mis en esclavage.

Henry Louis Gates Jr.

La tribune du professeur Henry Louis Gates Jr. argue que les défenseurs des réparations par les occidentaux en faveur des afrodescendants ignorent souvent le rôle joué par les africains eux-mêmes dans la vente de leurs propres frères noirs. Ce dernier estime que la bonne question n’est pas de savoir si les réparations sont une bonne chose ou non ou qui doit en bénéficier, mais plutôt qui doit payer ces réparations. Il suggère à la fin que le président Barack Obama qui est à la fois Africain et blanc, doit trancher, en distribuant les torts comme il se doit, de manière à régler une fois pour tout ce problème ardu des réparations de l’esclavage.

Dr Boyce Watkins

Dans un autre article paru sur le site TheGrio.com, le Dr. Boyce Watkins répond à Gates en expliquant qu’il comprend que le sens de son texte se résume comme suit : Nous (les afro-américains) devons cesser de blâmer les États-Unis d’Amérique et l’Amérique blanche pour les viols, les meurtres, les lynchages, la castration et autres sévices. Le Docteur Boyce Watkins se montre en désaccord avec cette suggestion, et rappelle que les États-Unis ont largement bénéficié de l’esclavage et la richesse qui en a découlé a été transmise de génération en génération entre les mains de la population blanche. Il explique que les conséquences de l’esclavage se poursuivent aujourd’hui en Amérique avec des millions noirs abonnés au chômage, à la prison, à la pauvreté de manière largement disproportionnée. Il affirme ne pas vouloir jouer le jeu du blâme, mais estime que les médias « mainstream » ne devraient pas non plus jouer le « jeu de l’irresponsabilité ».

Le Dr Boyce Watkins se pose, en passant la question du pourquoi de cette tribune qui tente de déculpabiliser les blancs américains. Mi blagueur, mi sérieux (à mon avis), il ajoute qu’il espère que tel n’est pas le prix à payer lorsqu’on est noir pour pouvoir publier une tribune libre dans le New York times. Il rappelle également que Henry Louis Gates Jr a déjà essayé sur la chaine de télévision PBS de prouver qu’il est en fait originaire d’Europe et explique qu’il s’agit peut-être pour lui d’une manière de pouvoir cadrer et avoir une place dans une société qui n’a jamais voulu de lui, le petit garçon noir originaire de Virginie occidentale (il écrit dans un livre qu’il a souvent été rejeté par les femmes blanches) etc.

Pour rappel, Henry Louis Gates Jr est ce professeur d’Harvard qui avait été arrêté à son domicile par un policier blanc. Après avoir crié au racisme, et suite à une intervention assez maladroite de Barack Obama, cette affaire avait abouti au célèbre « sommet de la bière » à la Maison Blanche où le professeur Gates, Barack Obama, et le Policier incriminé s’étaient réconciliés autour d’une bière.

Au-delà de ce débat interne qui est latent aux États-Unis, en tant qu’africains, il semble opportun de tout de même se poser un certain nombre de questions. L’Afrique a-t’elle eu une responsabilité dans le commerce des esclaves? Si oui quelle était cette responsabilité et à quel en fut le poids? Et aussi l’Afrique doit-elle demander pardon aux afrodescendants, non seulement des États-Unis, mais aussi du reste des Amériques et des Caraïbes? Enfin comment l’Afrique doit-elle réparer les fautes qu’elle aurait commises vis-à-vis de sa diaspora issue de l’esclavage?

L’ancien président Béninois Mathieu Kérékou semble être l’un de ceux qui pensent que les africains doivent accepter leur part de responsabilité. Comme le rappellait d’ailleurs Henry Louis Gates Jr dans son article, en 1999, le chef d’État africain avait surpris une audience de noirs américains à Baltimore en se jetant à genou pour demander pardon pour le rôle « abominable » et « honteux » joué par les africains dans ce commerce.

Un grand nombre d’intellectuels africains et afrodescendants semblent pourtant nier, ou du moins grandement minimiser la participation des africains à ce commerce. Le très célèbre chercheur afrocentriste Jean Philippe Omotunde, un Guadeloupéen en est un qui demande que les occidentaux qui ont l’habitude de fonctionner avec des contrats, des preuves écrites, fassent justement la preuve de la participation africaine en présentant un contrat de vente d’esclave signé avec un roi africain. Ce qui semble ne pas encore avoir été fait.

Toutefois, à mon humble avis, il est tout à fait impossible de dire avec certitude qu’il n y a pas eu, même en petit nombre, des chefs, rois et autres individus africains, pour des raisons commerciales ou autres qui aient pu prendre part à ce commerce. C’est la seule différence avec les Européens dont les preuves n’ont pas besoin d’être faites puisqu’elles sont visibles dans la présence de la diaspora africaine dans les Amériques. Sans oublier que les africains en Afrique ont subi très souvent le même sort que les esclaves noirs emmenés en Amérique, avec le travail forcé, les châtiments corporels, les génocides, les viols…

Cela n’empêche pas que l’Afrique, par principe de fraternité, et dans le doute, puisse reconnaitre qu’elle a pu avoir une responsabilité, même minimale dans ce trafic, même sans que cela soit prouvé. Partant de là, demander pardon et reconnaitre ses (éventuelles) fautes serait une force, un moteur pour avancer dans le grand projet de la renaissance africaine cher à certains leaders africains comme l’ancien chef de l’État Thabo Mbéki ou l’ancien président sénégalais Abdoulaye Wade entre autres.

L’Afrique devrait demander pardon à ses descendants issus de l’esclavage et offrir des réparations de tout ordre. D’ailleurs, la récente catastrophe qui a touché Haiti a permis de voir dans quel sens l’Afrique pourrait réparer son éventuelle participation à ce crime tout en se rapprochant de cette sixième région de l’Afrique, instituée par l’Union Africaine, que représente la diaspora africaine.

Les Haïtiens, afrocolombiens, afrobrésiliens, afroéquatoriens, afrovénézuéliens, afrochiliens, afropéruviens, afroargentins, guyanais, guadeloupéens, martiniquais, jamaïcains, afrodominicains, afroportoricains, afrocubains, afropéruviens, afrotrinidadiens, afromexicains, afroaméricains, afrocanadiens, afroboliviens, afrouruguayens, afroparaguayens, afrosalvadoriens, saramakas, garifunas devraient par exemple tous en Afrique avoir toutes les nationalités africaines qu’ils souhaitent avoir, disposer de conditions d’investissement préférentielles ou encore disposer d’une parcelle de terre dans n’importe quel pays africain. La Présidente libérienne Ellen Johnson-Sirleaf a d’ailleurs proposé la double nationalité aux afrobrésiliens lors de son récent séjour à Bahia, État comptant la plus forte population noire au monde après le Nigéria.

Les afrodescendants des Amériques et des Caraïbes vivent dans chaque pays de ces continents des conditions de vie difficiles des points de vue social, économique, culturel, de l’habitat, foncier …très souvent parce que la condition d’esclaves de leurs ancêtres les a sans cesse, depuis des siècles, cantonné au bas de l’échelle sociale dans la très grande majorité des cas. Ils ont continuellement subi la discrimination et le racisme, et après tout ce temps, le rattrapage social ne s’est jamais fait, malgré toutes leurs luttes et des améliorations obtenues. L’Afrique peut leur permettre de s’élever socialement, si elle reconnait qu’en tant que mère, elle est responsable de tous ses enfants.

Par Guy Everard Mbarga

Contributeur Invité

Les articles publiés ici sont des articles rédigés pour Angazamag par des rédacteurs invités ou repris sur des autres sites web, avec l'aimable autorisation de leur auteur. La source et le nom de l'auteur sont indiqués en bas de l'article.

4 pensées sur “L’Afrique doit elle demander pardon aux descendants d’esclaves?

  • 29 septembre 2012 à 1 h 31 min
    Permalink

    L’Afrique c’est qui ? C’est quoi ? D’où vient ce terme ? A-t-il un quelconque sens et avait-il un sens pour mes ancêtres ?

    Moi qui suis antillaise vais-je condamner mes frères et soeurs du continent pour quelques traîtres, sachant dans quel état de plus est la terre mère. Les descendants d’esclaves devraient peut-être aiders à la reconstruction de ce continent plutôt que de bâtir des murailles pour ces porcs déjà riches.

    L’Afrique n’a rien a demandé, à dire depuis trop longtemps des guerres fratricides nous étreignent et empêchent des pensées moins infantiles d’émerger, ce qui est fait est fait. Nos ancêtres ont été déportés, beaucoup sont morts, ils ont dû atrocement souffrir de ce déracinement perdant père, mère et repères quand j’imagine ce qu’ils vécurent des larmes ne cessent de couler. Nous n’avons plus le temps pour ça, il est temps que l’on se pardonne pour que s’arrête ces disputailles, voyons plus loin et surtout grand pour l’avenir de nos enfants, qu’ils grandissent et soient heureux que ce soient dans les caraïbes, en amérique, en Afrique et fiers d’appartenir à des civilisations authentiquement africaines et belles.

    Répondre
  • 29 septembre 2012 à 1 h 39 min
    Permalink

    *aider, et qu’on arrête de se disputailler.

    Répondre
  • 1 octobre 2012 à 4 h 52 min
    Permalink

    http://www.youtube.com/watch?v=fqOHklq-7No&feature=relmfu

    Répondre
  • 12 avril 2013 à 6 h 04 min
    Permalink

    Ce Gate a un os de vendu en lui et toujours tentant de minimiser les noirs. L’Afrique ne demandera pardon à personne car pour tout africain pris plusieurs ont été fauchés et laisser sur place pour enrichir le sol. Je peux lui dire comment les gens étaient volées de leur terre par des individus que de grandes personnes décrivaient comme venant à des moments ou les céréales étaient hautes… Que pourrions-nous faire? Hara-kiri pour faire plaisir à des selfhaters? NoooooooooooN Gate, soit le bienvenu en Irlande car tu soutiens avoir des ancêtres là-bas si cela te soulage! Cheers

    Répondre

Répondre à Telema Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *