De la rue à Harvard : l’histoire poignante de David Boone

Posté par le 20 juin 2012. inséré dans A la Une, Amérique et Caraibes.

David Boone est un jeune afro américain qui viens d’être admis à Harvard pour la rentrée de septembre prochain…Jusque là rien de passionnant me direz-vous? C’est une bonne nouvelle…mais ce qui est « intéressant » c’est que David Boone est un sans domicile fixe! Il a réussi à continuer ses études tout en vivant dans la rue!

Son histoire

On ne peut pas dire que David ai eu un bon départ dans la vie. La mère de David l’a eu alors qu’elle n’est encore qu’une adolescente. Elle se sépare du père du petit garçon peu après la naissance de ce dernier. A l’école primaire, le petit David se retrouve souvent à l’hôpital parce qu’il a de multiples problèmes de santé. Heureusement pour lui, il est si intelligent il n’a pas à redoubler et passe ses examens sans problème.

Dès l’école primaire, ses camarades l’incitaient déjà à rejoindre des gangs mais il a toujours refusé.

« Une fois, ils ont même menacé de me sauter la cervelle parce que ma soeur faisait partie d’une bande rivale ».

« J’ai subi beaucoup de pressions. Pour eux, il n’y avait pas d’alternative : faire partie d’un gang était la seule solution et si je ne faisais partie d’aucun gang alors j’étais forcément contre eux » raconte-il.

Un été, quelqu’un a même tiré un coup de feu sur la maison familiale. Ils ont eu très peur pour leur vie, mais heureusement, plus de peur que de mal. Ils ont tout de suite pensé que c’était le petit ami d’une de ses soeurs qui avait tiré mais ils n’avaient aucune preuve. Personne n’a été blessé mais le moral de la famille en a pris un coup.

Le cocoon familial a commencé à se fissurer quand sa mère a trouvé un nouveau mari. Elle a rapidement décidé de partir vivre avec lui, en les abandonnant à leur sort. Ses trois soeurs sont alors parties vivre chez des amis et David est allé vivre chez son ami Eric quelque temps. David était conscient qu’il ne pourrait pas vivre éternellement chez eux.

La mère d’Eric, s’est toujours montrée admirative face à la volonté de David : « Nous étions une vraie famille malgré les problèmes. David était déterminé, il voulait une vie meilleure. Il est humble et ambitieux. Je remercie Dieu de l’avoir mis sur notre route ».

Ne voulant pas trop profiter de la générosité de sa famille d’accueil, David choisit parfois d’aller dormir chez d’autres amis ou dans un parc. « C’est compliqué d’accueillir un adolescent chez soi, j’étais un peu contrarié quand on me disait quelquefois que ce ne serait pas possible ce soir mais je ne pouvais pas leur en vouloir ».

Du coup, il dormait tantôt dans le parc, tantôt sur le terrain de baseball mais ce n’était pas des endroits très sûr! Alors il a eu une idée : dormir la journée quand il n’avait pas cour, étudier et veiller la nuit pour être sûr de ne pas de faire agresser.

« Dormir la journée dans un parc, ce n’est pas bizarre, les gens croient juste que vous faites une sieste ». Son sac à dos rempli de manuels scolaires était devenu son oreiller.

« J’ai passé mes meilleures nuits sur un banc du terrain de baseball. J’avais 15 ans et je dormais au parc d’Artha Woods. De mon banc, j’observais les prostituées, les droguées et les dealers. J’avais toujours peur de me faire agresser. »

A aucun moment, il n’a voulu abandonner l’école et sombrer comme les autres. Pour ses devoirs, il les faisait dans une station service et profitait par la même occasion du chauffage en hiver. Le matin, il attendait que les parents d’Eric partent au travail pour pouvoir prendre une douche, avant de filer au lycée.

Heureusement, il a pu se dégoter un petit job dans une boutique, ce qui lui a permis de s’acheter à manger et de survivre dans la rue. Grâce à ses bons résultats, David est admis à plusieurs grandes écoles de science et de médecine mais son choix s’est porté sur une école d’ingénieur de Cleveland. Il a toujours aimer la technologie, à six ans il a été capable de réparer une télé. Un enfant avec de tel prédisposition ne pouvait que réussir!

Il a rejoint l’école de Cleveland, c’est une école de haut niveau. Il y a beaucoup d’heures de cours, il faut suivre le rythme. David était présent dès 5 heures du matin. Le directeur intrigué par son assiduité et sa volonté, s’est intéressé  à lui. Lorsqu’il a appris qu’il vivait dans la rue, il lui a proposé de venir vivre chez lui. David a vécu plus d’un an chez son directeur.

A 18 ans, David est reçu à Harvard où il étudiera l’ingénieurie  et l’informatique, il est la star de son école à Cleveland. Il est reconnaissant, il ne cesse de remercier tout ceux qui l’ont aidés. Il vient également de décrocher une bourse d’études qui couvrira ses dépenses scolaires, ainsi que d’autres aides.

« Ce n’était pas facile mais j’ai tenu bon, ce n’est que maintenant que je peux m’amuser et prendre du bon temps, j’ai travaillé dur pour en arriver là ». J’ai choisi de vous faire partager cette histoire parce qu’elle est touchante et qu’elle permet de se rendre compte d’une chose : il ne faut jamais abandonner…même si tout porte à croire qu’on y arrivera pas. Et surtout, cessons de nous plaindre! Je n’imagine pas tout ce qu’il a pu endurer!

 

Quand on veut, on peut!

Séverine. Martiniquaise de 25ans titulaire d'un baccalauréat littéraire et d'une licence en communication, elle est amoureuse des langues étrangères, de lecture, et passionnée par le Brésil. Elle blogue sur le quotidien des femmes noires de sa génération...
AUTEUR: c-verynn
c-verynn a publié 37 articles sur Angazamag. Voir tous ses articles.
Le profil de c-verynn | Son blog | Twitter | Facebook

Abonnez-vous et Recevez chaque nouvel article par mail!

1 Commentaire pour “De la rue à Harvard : l’histoire poignante de David Boone”

  1. filou (2 Commentaires)

    bonjour a tous,

    Dans un article posté sur ce site je lisais que les femmes aimaient justement les romantique,les artistes, en dernier les intellos!!

    Je suis persuadé que des jeunes comme lui existent par millier, qu’en pensent les femmes noires, qui préfèrent les gangsta dans la leurs grande majorité!!

    A méditer? quel société voulons nous?

Répondre

Déjà membre? Se connecter avant de commenter.

Pas encore membre? Pourquoi ne pas vous inscrire afin de vous joindre à d'autres et mieux participer aux discussions sur AngazaMag (facultatif).

Rejoignez la communauté Angazamag

Participez à l’aventure Angazamag

Les mieux notés

Galerie photo

Videos

TOP CONTRIBUTEURS CE MOIS

No commenters found.
Connexion | Conçu par Neo |