Le mythe de la balkanisation de l’Afrique

Posté par le 22 février 2011. inséré dans Afrique.

Employé à tort et à travers dans les médias et les déclarations politiques puis repris sans remise en question dans les discussions portant sur le tracé des frontières Africaines et les modifications que celui-ci impose, le terme de balkanisation fut inventé en 1918 par l’Allemand Walther Rathenau. Contrairement à ce que l’on peut penser, il ne revoie pas à la situation résultant de l’explosion de la Yougoslavie dans les années 1990 mais au contexte politique des premières décennies du XXème siècle. A une époque où l’empire Ottoman est en pleine décrépitude, les différentes ethnies peuplant ses possessions sont prises d’un fort sentiment nationaliste et indépendantiste; la Grèce a déjà quitté l’empire en 1821, la Serbie et la Bulgarie en 1878, la Roumanie en 1877, et enfin la Macédoine et l’Albanie en 1912-1913 quand la Turquie envisage clairement la dissolution de l’empire Ottoman afin de lu substituer un Etat-Nation Turc. Les Nations nouvellement crées deviennent alors l’enjeu d’une lutte pour l’hégémonie Balkanique opposant au cours de guerres sanglantes par alliés interposés la Russie, l’Autriche-Hongrie des Habsburg, la France et ce qui deviendra la Turquie. La situation est cependant résolue avec la fin de la première guerre mondiale qui voit définitivement s’effacer les puissances turques et Austro-Hongroises.

En Afrique, on attribue à tort l’origine de la balkanisation à la conférence de Berlin de 1885 dont est originaire le tracé frontalier contemporain inchangé depuis (exception faite de l’Érythrée indépendante en 1993 et du Sud-Soudan en 2011). Pourtant, ces frontières sont loin de faire l’unanimité mais personne n’entend explicitement les modifier. Objectivement, elles sont loin de donner à l’Afrique une allure balkanique car si l’on compare les deux régions on voit que les Balkans avec leur superficie de 778 415km² comprennent 12 Etats tandis que l’Afrique avec un peu plus de 30 000 000km² n’en comprend que 54 (Sud-Soudan Compris), le continent Africain est 38,8 fois plus grand que la péninsule Balkanique il faudrait donc 466 Etats indépendants pour que celui-ci ait une configuration politique similaire, on en est loin !

La méthode employée afin d’établir la domination coloniale en 1885 fut tout à fait inverse, elle consista en la destruction des petites poches d’unité ethnique afin de les assembler en grandes entités complètement désunies, de cette situation le colonisateur put renforcer son pouvoir en s’appuyant sur l’inderct rule, principe visant à favoriser une ethnie ou caste particulière inféodée à son hégémonie pour que celle-ci soit le bras droit de sa domination et ainsi miner toute solidarité interne cela est reforcé par le fait qu’au moment où s’impose l’ordre de Berlin, certains peuples entretiennent des relations similaires à celles que pouvaient entretenir la France et l’Allemagne au sortir du premier et du second conflit mondial.

Le mythe de la balkanisation est le corollaire d’un autre mythe prétendant qu’avant la colonisation, l’Afrique était un ensemble politiquement et culturellement homogène, certains vont même jusqu’à accuser la colonisation d’avoir créé les ethnies ! Or ce  qu’elle a créé, ce sont les territoires et ces territoires, les Africains y tiennent c’est la situation paradoxale dans laquelle le colonisé tombe amoureux de sa colonie, ce que l’on appelle communément le syndrome de Stockholm.

Plus de trois fois plus grande que la péninsule des Balkans, la RDC est le symbole le plus éloquent de la balkanité des Etats Africains.

Pour les nations issues de la colonisation, le territoire et l’héritage colonial sont effectivement les seuls éléments d’identité nationale ce qui entraîne une véritable balkanisation, celle-ci n’est pas continentale comme on peut le prétendre mais interne à ces Etats et c’est par l’intermédiaire d’Etats naturellement balkaniques que le néo-colonialisme s’exerce et depuis 1885, rien n’a fondamentalement changé, ce sont toujours les mêmes territoires qui sont assignés aux mêmes fonctions économiques, la dépendance est toujours la même et les frontières sont toujours les mêmes. Sur les plans sociaux et sociétaux, l’Afrique va de mal en pis et lorsque j’entends dire que « les africains sont plus bêtes que la moyenne en étant incapables de s’unir entre personnes du même pays » je n’ai qu’une chose à répondre, ils ne sont pas bêtes mais humains, il ne sont pas du bétail qui s’identifiera à son enclos mais des hommes attachés à leurs cultures et tant que l’on niera leur humanité ils continueront de s’enfoncer dans la sauvagerie.

Avec seulement 10 millions de km², l'Europe est le continent le plus morcelé du monde politiquement parlant. Celle-ci abritant 51 Etats, il en faudrait 153 en Afrique pour obtenir un profil similaire. Est-ce de la balkanisation ou de l'européanisation politique que l'on entend nous détourner ? Voilà un domaine où l'expression faites ce que je dis mais pas ce que je fais prend tout son sens.

Dans un contexte de crise ivoirienne où la partition s’impose de plus en plus comme la solution de sortie, on voit bien que l’attitude diverge selon les tendances, là où le populiste Laurent Gbagbo, bien décidé à rester au pouvoir résigné à l’idée qu’il n’aura jamais le contrôle du nord du pays ce qui constitue dans les faits une partition officieuse, le néo-colonialiste ADO est lui déterminé à exercer son pouvoir sur une Côte d’Ivoire entière et il n’est pas étonnant qu’Henri de Raincourt, porte parole de la diplomatie française en soutient à Ouattara s’exprime ainsi  »S`il devait y avoir une division de la Côte d`Ivoire, après le Soudan, cela pourrait remettre en question bien des situations sur le continent, et conduire à une balkanisation, à une ethnicisation de l’Afrique, ce qui n’est pas la meilleure façon pour elle d`aborder le XXIe siècle ». La question qui vient se poser est la suivante étant donné la nature du personnage qui l’amène: Pour qui la « balkanisation et l’ethnicisation de l’Afrique n’est elle pas la meilleure façon d’aborder le XXIème siècle ? Les Africains ou la communauté internationale ? En réponse, on peut dire que dans l’intérêt des Africains il est nécessaire de ne pas aborder le XXIème siècle comme s’est terminé le XXème.

Un territoire ne fait pas une nation et il est plus qu’urgent de rompre avec l’ordre de Berlin.

Kwanzaa Millenium est un Noir, Fier et Conscient. Ma mission est de promouvoir la fierté Noire et de conscientiser le public Noir face aux problèmes Noirs tout cela avec un point de vue Noir, objectif et émancipé.
AUTEUR: kwanzaa
kwanzaa a publié 3 articles sur Angazamag. Voir tous ses articles.
Le profil de kwanzaa | Son blog | Twitter | Facebook

Abonnez-vous et Recevez chaque nouvel article par mail!

2 Commentaires pour “Le mythe de la balkanisation de l’Afrique”

  1. Emma (3 Commentaires)

    l’article est sans aucun doute bien rédigé. cependant, je me permettrai quelques écueils sur la véhémence de la conclusion.
    1) Comment remettre en cause l’héritage du congrès de Berlin alors même que depuis plus d’un siècle et demi, certains peuples autrefois unis ne le sont plus? j’ai envie de dire, un togolais ewé du sud ne reconnaît pas en un ghanéen éwé du sud, son « frère » avec lequel il aurait l’idéal de bâtir les nations d’un âge d’or précolonial.
    2) il serait peut être temps d’accepter les situations telles qu’elles sont et d’essayer d’avancer avec. nos ancêtres ne sont pas nous. Et nous devons penser au-delà des clivages du passé, au-delà même des « incompatibilités culturelles ». La question n’est pas de devenir grands amis mais bien de COOPERER intelligemment car même les pires ennemis savent le faire quand leurs intérêts vitaux sont en jeu (Ex: l’alliance entre les Etats-Unis de Nixon et la Chine de Mao)
    3) il est vrai qu’il existe des dissensions séculaires au sein d’une même nation, dissensions héritées d’un long passé de rivalités comme entre les bantous et les pygmées, ou comme entre les Ibos et les Haoussas. mais enfin, soyons un peu réalistes et travaillons main dans la main car même la France organise un partnership de plus en plus poussé avec l’Allemagne (1951: CECA, 1957: traité de Rome,

  2. ddd (6 Commentaires)

    ferme ta yeul truelle à foutre livide.
    tes conseils de blanchâtre, tu te les fous entre la raie!!

    si je veux pensé pour mes ancêtres, que tes ancêtres inhumains ont mutilés durant 10 siècles, pour se remplir les poches et bâtir l’environnement prospère que tu jouis depuis ton enflement de la matrice porcine de ta maternel,

    c’est ma liberté inaliénable que je défendrais pas la mort des livides s’il le fautt!!

    et qui mérite le plus la mort qu’une race belliciste qui a pour devise
    « si vis pacem parabellum »
    ayant provoquer de ce fait la mort de millions d’africain d’asiatique et d’amérindien depuis 1000 ans et c’est pas encore fini tant que la race impie inhumaine européenne ne sera pas mis au ban de la société !!!

    et pour ce faire il faut la maitrise des armes nucléaire
    et une organisation international de la vrai humanité regroupant les continents asiatique africain et amérindiens.

    ces deux pilier formerait ainsi les moyens de montrer l’européen du doigt
    de le restreindre sur ses terres afin qu’ils ne puisse plus jamais offenser ni affliger l’humanité désireuse de liberté et désireuse de la mort de l’esprit inhumain européen ; le capitalisme source de tout les problèmes dans la vie de l’Homme source de l’esclavagisme du colonialisme et des guerres et source qui a rendu ceux qui jadis était humain mais par leur acte abominable répété leur perfidie insidieuse n’ont jamais cesser de vouloir se faire l’ennemi de la race humaine.

Répondre

Déjà membre? Se connecter avant de commenter.

Pas encore membre? Pourquoi ne pas vous inscrire afin de vous joindre à d'autres et mieux participer aux discussions sur AngazaMag (facultatif).

Rejoignez la communauté Angazamag

Participez à l’aventure Angazamag

Les mieux notés

Galerie photo

Videos

TOP CONTRIBUTEURS CE MOIS

No commenters found.
Connexion | Conçu par Neo |