[Centrafrique] Catherine Samba-Panza, candidate de la France, élue présidente de transition

Posté par le 23 janvier 2014. inséré dans A la Une, Afrique, Politique.

catherine_samba-panza2

Elue sans surprise à l’issue du second tour, Catherine Samba-Panza (photo), 58 ans, trois enfants, et première femme à accéder au rang de chef d’Etat en Centrafrique, prend les rênes d’un pays dévasté par les violences.
Elle a devancé Désiré Koligba, fils de l’ancien président André Kolingba (1981-1993), mis au pouvoir en 1981 par la France.

Catherine Samba-Panza a comme lourde tâche de désarmer les milices. Ses premiers mots après son élection ont donc été un appel, auprès des deux parties, à déposer les armes.

La première de ses qualités, selon ses partisans, serait donc la neutralité, Catherine Samba-Panza n’étant affiliée à aucun parti politique : « À compter de ce jour, je suis la présidente de tous les Centrafricains », a-t-elle déclaré après son élection.
À noter, son mari Cyriaque Samba Panza, est, lui, une personnalité politique connue : il a été ministre des présidents Koligba et Bozizé. La France n’est jamais loin…

Et sa supposée neutralité en ce qui concerne son peuple ne s’applique pas à tous les protagonistes de la crise centrafricaine.
Car l’ex-maire de Bangui aime la France, qui le lui rend bien et qui l’a clairement cooptée pour l’élection à la présidence de transition.

Catherine Samba-Panza a appelé de ses vœux et salué l’intervention française et Sangaris.

Présente en France en novembre quand sa ville Bangui était à feu et à sang, elle y a rencontré Hollande et ses ministres, qui l’ont rassurée sur leur prochaine intervention : « Tenez bon, on arrive », lui a promis le président français.

Elle est également revenue en France en décembre pour nouer des partenariats et préparer sa prochaine investiture.

Aucune surprise, donc, en ce qui concerne cette élection, dont les résultats étaient prévus d’avance.

Catherine Samba Panza n’est que le pion de la France en Centrafrique, installée au pouvoir, comme tous ses prédécesseurs, pour assurer à ses employeurs français que leurs intérêts seront préservés.

Kemi Seba, polémiste panafricain dissident, ne s’y trompe pas quand il écrit que « l’Afrique du réel, l’Histoire de ses oppresseurs et de ses opprimés, est un récit bien plus complexe que la dualité Noirs contre Blancs. Elle regorge souvent d’exemples traitant du mépris de nos élites africaines pour certaines parties de la population qui n’aspirent qu’à une seule chose, le respect.
Les panafricains de demain devront plus que jamais, se préoccuper de ces détails, de ces fractures ethniques qui, si elles ne sont pas traitées, laisseront la possibilité aux oligarques d’exacerber nos tensions, dans leurs propres intérêts. »

(c) Kandace pour ANOFIP

ANOFIP est une agence de production afro-caribéenne fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité et le quotidien des communautés noires. Soutenez nous sur anofip.org
AUTEUR: ANOFIP
ANOFIP a publié 1 articles sur Angazamag. Voir tous ses articles.
Le profil de ANOFIP | Son blog | Twitter | Facebook

Abonnez-vous et Recevez chaque nouvel article par mail!

Répondre

Déjà membre? Se connecter avant de commenter.

Pas encore membre? Pourquoi ne pas vous inscrire afin de vous joindre à d'autres et mieux participer aux discussions sur AngazaMag (facultatif).

Rejoignez la communauté Angazamag

Participez à l’aventure Angazamag

Les mieux notés

Galerie photo

Videos

TOP CONTRIBUTEURS CE MOIS

Andouille
1 comment
lilou
1 comment
Ettezus
1 comment
Julien
1 comment
Louise
1 comment
Thomas legros
1 comment
Connexion | Conçu par Neo |