Livres de la semaine : Confessions d’un négrier : Les aventures du capitaine Poudre-à-canon, trafiquant en or et en esclaves, 1820-1840

Confessions d’un négrier : Les aventures du capitaine Poudre-à-canon, trafiquant en or et en esclaves, 1820-1840

Sa mère était italienne, veuve d’un grognard de l’Empire. Toujours, « Don » Théodore gardera la nostalgie de son pays natal, et l’amour de sa langue maternelle, même s’il maîtrisait avec une égale aisance le français, l’anglais, l’espagnol et divers dialectes mandingues. Sa carrière de négrier n’a rien d’une vocation. Seules l’intéressent l’aventure, le grand large et ces fines goélettes noires taillées pour la course ou la fuite devant les croiseurs britanniques. L’or l’attire bien sûr, et l’espoir de bâtir une fortune considérable, par ces temps agités où la traite interdite est devenue contrebande. Mais ses réussites audacieuses, pas plus que ses échecs, ne le laissent en repos. L’albatros qu’il admire symbolise bien une vie tout entière vouée aux errances et aux quêtes incertaines. Un véritable souffle épique anime ces « confessions », documentaire et témoignage implacables sur les aspects économiques, politiques et moraux d’un fléau planétaire, dont l’Afrique ne s’est jamais tout à fait remise. –Scarbo

Prix public conseillé: EUR 10,90

Prix amazon: EUR 10,35

Esclaves en France

Esclaves en France. Il y aurait à priori une contradiction dans les termes. D’un côté l’esclavage, la privation de nos droits fondamentaux de liberté et d’expression ; de l’autre, la France, pays modèle des droits de l’homme, qui a aboli définitivement l’esclavage en 1848 au nom des principes démocratiques hérités de la Révolution française. L’ouvrage de Sylvie O’Dy veut nous ramener à une réalité plus dure. Comme elle l’affirme : « c’était hier, mais c’est encore aujourd’hui ». L’esclavage moderne est là, bien présent sur le territoire. Cela se passe chaque jour près de chez nous. Dans les quartiers riches, dans les milieux populaires, en campagne ou en ville, des personnes sont maltraitées et séquestrées. Bons à tout faire et surtout à travailler jusqu’à 18 heures par jour, ces hommes et femmes, la plupart du temps immigrés clandestins, sont pris au piège de leur espoir de liberté et exploités honteusement. Sylvie O’Dy, qui a créé l’association CCEM (Comité contre l’esclavage moderne), nous force à ouvrir les yeux sur cette réalité du monde contemporain. Son enquête sur le terrain a regroupé de nombreux témoignages ahurissants. Esclaves en France brise le mur du silence et lutte ardemment contre l’ignorance, voire l’indifférence de l’opinion publique. De quoi remettre en cause ceux qui se satisfont ou s’abritent derrière des discours théoriques sur l’égalité. –Denis Gombert

Prix public conseillé: EUR 14,50

Prix amazon: EUR 8,00

Neo

I'm just a African Entrepreneur, Economist & Businessman. My personal mission statement: build an empire, aspire to inspire, leave a legacy, and change the world.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *