Le fondateur d’Easyjet veut créer une compagnie low-cost africaine baptisée Fastjet


Fort de son succès en Europe, Stelios, le fondateur de la compagnie low cost britannique souhaite créer sa petite soeur en Afrique, un marché qu’il juge prometteur malgré l’importance des défis à relever.

Stelios Haji-Ioannou, le tonitruant fondateur d’EasyJet, aime les paris fous. Son nouveau credo : créer, sur le continent africain, une compagnie à bas coûts posant sur le même modèle que celle qui se sont imposées dans le ciel européen. « L’Afrique doit désormais être considérée comme la dernière frontière de la révolution du transport aérien qui a débuté aux Etats-Unis dans les années 70 et que je suis fier d’avoir menée en Europe dans les années 90 » explique l’entrepreneur britannique d’origine chypriote.

Pour lancer sa compagnie à bas coûts à l’échelle de l’Afrique, il entend s’appuyer sur des partenaires. Sa holding, EasyGroup, va prendre une participation dans Rubicon Diversified Investments, une petite société cotée en Grande-Bretagne, dont le groupe africain Lonrho est également actionnaire.

Lonrho n’évolue pas non plus en territoire inconnu, puisqu’il possède déjà la petite compagnie africaine Fly540, qui exploite des lignes régionales au Kenya, en Angola et au Ghana, avec une flotte d’avions à hélices européens ATR.

Le projet de nouvelle compagnie n’est pour l’instant qu’à l’état d’ébauche mais les partenaires ont déjà trouvé un nom, déposé par Sir Stelios: « Fastjet ».

L’Afrique, un continent à fort potentiel pour les low-costs

Le continent représente un marché prometteur, avec l’essor d’une classe moyenne qui alimente un trafic en hausse. Celui-ci a progressé de 4,2% en octobre, selon les derniers chiffres de l’Association internationale du transport aérien (IATA).

L’Afrique, un peu oubliée par les compagnies aériennes sérieuses, compte cependant 7 des 10 économies à la plus forte croissance au monde et les compagnies low-costs ne sont pas encore développées sur le continent. 

FLy540 a réalisé un chiffre d’affaires de 57 millions de dollars et a transporté 525375 passagers ces 15 derniers mois (au 31 décembre 2011).

La compagnie a affiché une perte de 19 millions de dollars suite au lancement de ses activités en Angola et au Ghana.

Fly540 opère une flotte de 2 Bombardier CRJ100 et de 8 turbopropulseurs de 50 à 60 sièges.

Fastjet devrait louer en leasing des Embraer 190, des Airbus A319 ou des Boeing 737-700.

Actuellement, malgré les bonnes perspectives de croissance, le problème majeur concerne la sécurité des vols en Afrique, comme l’illustre l’accident d’un Boeing MD-83, survenu au Nigeria, le dimanche 3 juin dernier. L’appareil avec 153 passagers à son bord, c’est écrasé en pleine zone résidentielle.

Neo

I'm just a African Entrepreneur, Economist & Businessman. My personal mission statement: build an empire, aspire to inspire, leave a legacy, and change the world.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *