Oswald Boateng, le renoi qui a révolutionné le style BCBG

Posté par le 23 avril 2013. inséré dans A la Une, Entrepreneurs, Mode / Beauté.

Ozwald Boateng

Dans ta future vie de jeune cadre renoi dynamique, en plus de ton iphone ou de ton Audi, ton costume sera pratiquement ton outil de travail et presque ta deuxième peau. Tu as donc intérêt de t’y connaître un peu, sous peine de passer pour le petit plaisantin qui va chez encore acheter ses costumes mal taillés chez H&M.

Tu imagines, toi, James Bond en soirée avec une coupe de champagne de Cristal Roederer sans son célèbre costard Brioni ?

Bien, tu viens de comprendre l’intérêt de ne pas arriver en entretien d’embauche ou devant ton N+1 sapé avec n’importe quoi sur le dos.

Parmi les couturiers les plus en vogues, et parce que ta culture du beau est tout aussi importante que ta compréhension des rouages du système économique mondial, voilà un portrait de celui qui a rajeuni Savile Row, j’ai nommé Ozwald Boateng, une valeur sûre et aussi un exemple de réussite pour nous tous…

Son histoire est digne du storyboard d’un film hollywoodien, puisque Ozwald Boateng, né en 1967 de parents ghanéens, se rendra compte de l’importance du style dans son enfance, quand sa mère l’obligera à bien se sapper pour aller à la messe le dimanche. Il étudiera ensuite l’informatique à Londres. Son vif intérêt pour la couture sera provoqué par hasard, par sa petite amie de l’époque, qui lui apprendra comment fabriquer ses propres vêtements. Poussé par cette même petite amie, aidé par une mère couturière, et prenant pour modèle Giorgio Armani (qui deviendra d’ailleurs un de ses amis), Boateng abandonne ses ennuyeuses études de geek et se lance dans son rêve en vendant à 17 ans ses premiers vêtements (malgré un père qui voulait en faire un avocat).

A force de travail (qui sera récompensé dès 1996 par la récompense du “Best Male Designer” des Trophées de la Mode), il réalise enfin son fantasme en 1997 : ouvrir sa boutique à Savile Row, véritable mecque du costard pour homme. A cette époque, les tailleurs de Savile Row sont connotés vieillots et tristes. Comme tout bon futur millionnaire qui se respecte, Ozwald Boateng n’a pas fait dans la dentelle en matière d’ambition : Dès mes débuts, je me suis fixé pour ambition de changer le point de vue des gens sur Savile Row et le métier de tailleur.” 

Intérieur de la boutique Boateng sur Savile Row, à Londres

Il appliquera aussi un principe cher à tout aspirant businessman : avoir une vision forte et différente par rapport à ce qu’on trouve dans le marché. Pour toi un costume est forcément noir (ou gris) et chiant comme un enterrement d’un lointain oncle ? Pas pour lui, voici ce qu’il en pense :   ”Quand j’ai commencé à travailler, être élégant signifiait s’habiller triste ! Or à mes yeux, un costume doit rendre un homme aussi sexy et sûr de lui qu’une femme peut l’être lorsque qu’elle porte une robe qui la met en valeur. Et pour cela, le savoir-faire ne suffit pas : il faut un regard de créateur. “  Et il s’y tiendra à cette vision. Ses costumes si particuliers (nous verrons pourquoi plus loin) seront encensés par nombre de stars : de Brad Pitt à Keanu Reeves, en passant par Will Smith ou Lambert Wilson, tous auront été habillés au moins une fois par Boateng. Il se payera aussi le luxe de voir des blockbusters ricains lui commander des costumes sur-mesure pour leurs personnages: James Bond, Ocean’s Eleven, Hannibal, Arnaques crimes et botanique, Bad Boys, Demain ne meurt jamais, Sex and the City, Ugly Betty, Eastern Promises, un numéro Gangster, Alfie, Assault on Precinct 13, The Matrix, Miami Vice, Océans 13, et Rush Hour 3.

Will Smith habillé par Boateng dans "Bad Boys II"

Dès lors, les succès s’enchaîneront pour lui : Bernard Arnault, le célèbre patron de la maison de luxe LVMH, fait appel à lui diriger la ligne Homme de la marque Givenchy.  Il va considérablement rajeunir la ligne homme de Givenchy en tant que Directeur artistique de 2003 à 2007, et s’offrira une belle collection de trophées dans son salon : Top Menswear Designer par les British Fasion Awards (2002), honoré par l’Ordre de l’Empire Britannique (rien que ça !) pour son impact dans la mode (2006), Fashion Personality of the year par les Mayfair Times Award (2008).

Tu en veux encore ? Récemment il a même été inclus dans la liste des 100 Great Black Britons. Sa médiatisation atteindra des sommets avec son documentaire dédié : House of Boateng.

Oui, Ozwald Boateng est l’exemple parfait du négro qui a tout réussi alors qu’il faisait initialement parti de la “population moyenne”. Comme quoi, il n’y a pas qu’en faisant du business avec des produits dérivés complètement alambiqués, ou en faisant de longues études que l’on réussit professionnellement…

Sortant des traditionnels et ennuyeux costumes gris, il apparaît en public avec un style immédiatement reconnaissable : toujours impeccable, mélange de classe et d’audace :

 

A la fin de ses défilés, il fait toujours preuve d’une décontraction et d’un détachement exemplaire :

Prends en de la graine, inspire t’en, au lieu de présenter tes créations ( ou tes idées) d’une manière monotone et fade…

Venons en à ses costumes, le coeur du sujet. Ozwald Boateng possède trois lignes : O-Z, Boateng, et Ozwald Boateng Bespoke. Les deux premières sont à chier, intéressons-nous uniquement à la troisième.

Le facteur principal de son succès est d’avoir transcendé les costumes anglais et de les avoir réinterprété à sa manière : des coupes parfaites, sexy, des couleurs flamboyantes là où d’autres se cantonnent à du noir ou… du noir (et parfois du gris), et un tomber du tissu magnifique (oui mon petit, un beau tissu doit bien tomber, doit bien bouger, doit bien vivre). La silhouette du type Boateng se reconnaît immédiatement : moderne, élégance, élancée et avec des proportions harmonieuses dues au cintrage haut placé.

En plus de détails caractéristiques (poches, manches, etc…), ses costumes se reconnaissent par une doublure fluo de la veste, toujours pour se différencier avec bon goût d’un costume terne. L’effet est terrible, surtout quand tu marches et que les pans de ta veste s’entreouvrent avec légereté, comme si c’étaient des plumes, laissant apercevoir un violet vif ou un bleu turquoise…

Prix d’un costume : environ 1500 € en prêt-à-porter. Quoi! tu ne pensais tout de même pas que ça valait à peine plus cher qu’un costume Zara ? Ah, je suis rassuré…

Oui mon petit, tu n’as maintenant plus aucune excuse pour négliger ton apparence, et t’habiller comme un sac de patates…

Pour conclure, j’aimerai vous rappeler une vérité toute simple, celle du genre à ne jamais oublier (mais à toujours se rappeler), sortie de la bouche même du maître :

If you feel good, you look good; it’s simple really.

I'm just a African Entrepreneur, Economist & Businessman. My personal mission statement: build an empire, aspire to inspire, leave a legacy, and change the world.
AUTEUR: Neo
Neo a publié 145 articles sur Angazamag. Voir tous ses articles.
Le profil de Neo | Son blog | Twitter | Facebook

Abonnez-vous et Recevez chaque nouvel article par mail!

2 Commentaires pour “Oswald Boateng, le renoi qui a révolutionné le style BCBG”

  1. PYH (7 Commentaires)

    Merci de souligner l’importance du costume. S’il y a bien une chose dont j’ai horreur c’est de voir un homme avec un costume trop grand ou de mauvaise qualité.

    On parle de Boateng, qui est pour moi le summum du costume (celui dont je rêve), mais ne croyez pas que le costume à 1500€ est un must. Vous trouverez des costumes de « bonne » qualité, sur-mesure pour 3 fois moins.

    Et une dernière chose, tout JCD qui se respecte doit avoir au moins 3 costume+1 smoking. A bon entendeur…

  2. Telema (145 Commentaires)

    Mon Dieu qu’il est beau Ozwald Boateng j’en lèche mon écran..

    Très beaux costumes..

    Commentaire inutile, je l’admets..

Répondre

Déjà membre? Se connecter avant de commenter.

Pas encore membre? Pourquoi ne pas vous inscrire afin de vous joindre à d'autres et mieux participer aux discussions sur AngazaMag (facultatif).

Rejoignez la communauté Angazamag

Participez à l’aventure Angazamag

Les mieux notés

Galerie photo

Videos

TOP CONTRIBUTEURS CE MOIS

2 commentaires
Emmanuelle
1 comment
Connexion | Conçu par Neo |